Sélection bibliographique

POSEY A., DUTFIELD Graham, 1997, Le marché mondial de la propriété intellectuelle. Droits des communautés traditionnelles et indigènes , IDRC/CRDI.

Si un étranger se présentait dans votre milieu et commençait à poser des questions sur sa population, ses ressources et son histoire, que feriez-vous ? Aujourd'hui, sur le marché mondial, tout ce qui a une valeur peut mener à des profits. Mais, tandis que les entrepreneurs parcourent le monde à la recherche de nouveaux produits, une voix dissidente se fait entendre de plus en plus fort. Cette voix, c'est celle des populations indigènes, et cela fait trop longtemps qu'on l'ignore. Dans Le marché mondial de la propriété intellectuelle, Darrell A. Posey et Graham Dutfield écoutent cette voix et y répondent. Ils donnent des conseils judicieux sur la manière dont les populations indigènes et les collectivités locales partout dans le monde devraient aborder et résoudre la multitude de problèmes qui entourent la propriété intellectuelle et les droits traditionnels en matière de ressources. Destiné aux groupes indigènes, aux activistes et aux décideurs qui oeuvrent dans le domaine de la propriété intellectuelle et à tous ceux qui s'intéressent à la préservation de la diversité biologique et culturelle de notre planète, ce volume constitue un exposé précieux et révélateur de l'une des questions les plus controversées et explosives de ce siècle et probablement du prochain : le fait de breveter la vie.,

 

GRENIER Louise,1998, Connaissance indigènes et recherches. Un guide à l'intention des chercheurs. IDRC/CRDI

L'expérience a montré que les efforts de développement qui ne tiennent pas compte des technologies locales, des systèmes locaux de connaissances et de l'environnement local n'atteignent généralement pas l'objectif visé. Il existe de nombreux exemples d'équipes de chercheurs parrainées par le monde occidental qui ne consultent pas adéquatement les populations indigènes, de sorte que les «progrès» accomplis ne tardent pas à se révéler peudurables ou, fait tragique, destructeurs. Fort heureusement, les choses évoluent peu à peu. Depuis le début des années 90, les connaissances indigènes ont fait l'objet de beaucoup de recherche et on dispose maintenant d'une profusion d'information sur le sujet. Toutefois, l'information est disparate et aucun guide vraiment complet n'existait jusqu'à présent. Le présent guide met l'accent sur l'utilité que peuvent avoir avoir les connaissances indigènes aux fins de l'élaboration d'une stratégie de développement durable tenant compte du potentiel de l'environnement local ainsi que de l'expérience et de la sagesse de la population indigène. Reposant sur un vaste examen d'exemples concrets ainsi que sur la théorie et la pratique actuelles, l'ouvrage trace un portrait succinct mais complet de la recherche consacrée aux connaissances indigènes et à l'évaluation de ces dernières. Connaissances indigènes et recherche contribuera à améliorer la conception, l'exécution, la surveillance et l'évaluation de tout programme de recherche et intéressera tant les professionnels du développement chevronnés que les novices ou les étudiants qui font leurs premières armes en recherche.

 

BAROU Jean Pierre, CROSSMAN Sylvie , 2005, Enquêtes sur les savoirs indigènes,FOLIO Actuel, 369p.

Dans Le Monde, Jacque Buob écrivait : "Les arts (et les sociétés) primitifs sont toujours vivants et ils ont beaucoup à nous apprendre ; c'est pour le prouver que Jean-Pierre Barou et Sylvie Crossman (...) ont entrepris depuis quelques années une expérience passionnante aux orignies de de l'art mais aussi des sagesses des sociétés "primitives". Dans ce livre, une démarche, trois peuples, trois thèmes. La démarche : aller à la rencontre des sociétés traditionnelles, se mettre à l'écoute de leurs sages, leurs peintres, leurs medecins et de découvrir ce qu'ils ont à nous apprendre. Cette démarche n'est pas exactement celle du "voyageur", qui ne s'intéresse au fond qu'à lui-même, pas celle non plus de l'ethnologue, bardé de certitudes académiques, même avec les meilleures intentions du monde. Elle consiste à accompagner ces hommes, à les écouter, à participer à leurs cérémonies, leurs initiations, à vivre avec eux pour les comprendre, s'inspirer de leur sagesse et montrer en quoi elle nous concerne, nous Occidentaux. Les peuples et les thèmes, qui se recoupent : les Aborigènes d'Australie, sagesse des artistes ; les Indiens Navajos, sagesse des medecins ; les Tibétains, enfin, sagesse des prophètes. Et pour chacun, un voyage, des rencontres "avec des hommes remarquables", et les clefs d'un savoir ancestral plus que jamais d'actualité. Nechung, l'oracle d'État tibétain qui ne s'est jamais trompé, Sam Begay, l'homme-médecine navajo qui soigne avec la beauté, Emily Kame Kngwarreye, la « Matisse du désert australien », sont les guides de cette enquête inédite au coeur des savoirs indigènes. Trois initiateurs, trois peuples, et trois thèmes : la prophétie, la santé et l'art. Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou ont approché au plus près ces maîtres, reçu leurs confidences, partagé leur vie et leurs cérémonies sur les contreforts de l'Himalaya, les hauts plateaux d'Arizona et aux confins de l'Australie. Ni voyageurs en quête d'exotisme, ni ethnologues bardés de certitudes. Ni suivistes ni compatissants. Nouveaux explorateurs. Nous découvrons avec eux que les sagesses ancestrales sont connaissance véritable. D'ailleurs, aujourd'hui, nos scientifiques les plus émérites valident les savoirs indigènes. L'Occident s'interroge, les Nations premières offrent des réponses. Nous sommes aux portes d'une nouvelle révolution copernicienne.