Si cette lettre s'ouvre mal cliquez ici

BRESIL

DES CENTAINES D'INDIENS ONT ENVAHI LE CONGRÈS DU BRESIL POUR DÉFENDRE LEURS TERRES

Des centaines d'Indiens venus de tout le Brésil ont exigé devant le Congrès à Brasilia qu'il repousse un paquet de réformes qui, selon eux, bénéficieront au puissant secteur agricole mais menaceront leurs droits sur leurs terres ancestrales et leur survie.

"Nous sommes opposés à l'invasion de nos terres. Nous sommes les premiers habitants, l'homme blanc nous chasse, cela ne nous plaît pas. Ils doivent nous respecter", a solennellement déclaré dans sa langue, devant des parlementaires et des représentants indigènes de tout le pays, le fameux cacique Raoni.

"Nous exigeons que ces projets de loi meurtriers soient repoussés. Là où nous avons grandi et vécu se trouve l'esprit du peuple indigène, l'esprit de l'eau, l'esprit des forêts, nous n'abandonnerons pas ces terres", a renchéri Oriel Guarani Kaiowa, membre du peuple Guarani, dans le centre-ouest du Brésil.

Le principal projet de loi refusé par les Indiens est un amendement constitutionnel qui transférerait du gouvernement au Congrès les compétences pour délimiter les terres indigènes et les parcs de préservation environnementale.

Confier le contrôle de la délimitation des terres indiennes à un Congrès où siège un puissant groupe du secteur agricole est un danger, a expliqué à l'AFP le député Mariton de Holanda, coordinateur du Front parlementaire de défense des peuples indigènes.

Un autre projet de réforme prévoit l'octroi de concessions à des agriculteurs à l'intérieur des terres indiennes.

Environ 300 Indiens comparaissaient mardi devant une commission de la Chambre des députés pour exposer leurs requêtes et ont décidé de ne pas quitter les lieux jusqu'à ce que leurs demandes soient satisfaites.

Les terres indigènes occupent 12% du territoire brésilien. Mais beaucoup de terres sont encore en attente d'une reconnaissance officielle en tant que territoires Indiens. La majeure partie d'entre elles sont occupées par des colons, dans des zones où l'agriculture s'est largement développée.

"Jamais je n'accepterai la déforestation dans les aires indigènes, jamais je n'accepterai la construction de barrage hydroélectrique et l'exploitation minière sur des terres indigènes", a conclu le chef Raoni, qui a dit vouloir exposer ses arguments à la présidente Dilma Rousseff.

Au Brésil, qui compte 194 millions d'habitants, on recense 896.900 Indiens, répartis en 305 peuples qui parlent 274 langues, selon le dernier recensement officiel.

Source : AFP

Lire le manifeste de la Coordination des peuples indigènes du Brésil
(APIB - Articulaçâo dos Povos Indigenas do Brasil)

Informations sur les peuples indigènes du Brésil sur le site du GITPA